Aperçu
Schweizerische Akademie der Geistes- und Sozialwissenschaften

Assemblée annuelle

Pertinence, valorisation et visibilité des sciences humaines et sociales

Beatrice Kübli

Le 24 mai 2019, les président·e·s des sociétés membres de l'ASSH se sont réuni·e·s à l’occasion de l’Assemblée annuelle afin de débattre de la situation actuelle de leur discipline. Le document de l'ASSH intitulé « Recommandations pour une promotion efficace des sciences humaines et sociales à l’intention des acteurs et des organes du domaine FRI » a constitué le point de départ de ces discussions. 

Différents rapports [1] et conférences de l’ASSH datant des derniers mois dressent un tableau sans équivoque : les sciences humaines et sociales sont mises à rude épreuve. Prises en compte seulement de manière marginale dans la recherche orientée, elles sont même presque complètement exclues de la promotion de l’innovation. Les performances des sciences humaines et sociales sont insuffisamment recensées et leur contribution à la création de valeur est quasiment négligée. Que faire ?

Programmes internationaux

L’un des moyens d’accroître la visibilité des sciences humaines et sociales est de participer aux actions figurant déjà à l’agenda politique international. Dans ce contexte, l’ASSH propose actuellement deux thèmes : les objectifs de développement durable et la « Société vieillissante ».

Sustainable Development Goals (SDGs)

Parmi les 17 objectifs de développement durable du Programme 2030 de l’ONU, certains concernent directement des thèmes relevant des sciences humaines et sociales, tandis que d’autres ont, au minimum, besoin du soutien de ces disciplines. Les SDGs constituent donc une plateforme idéale pour donner plus de visibilité au travail des sciences humaines et sociales et valoriser leur impact sur la société. Une série de manifestations est actuellement organisée à l’ASSH sur des thèmes liés à différents SDGs. Il est fort probable que le FNS investisse prochainement dans des projets relatifs aux SDGs. Bien qu’aucun des objectifs décrits ne soit explicitement culturel, il est essentiel que les sciences humaines et sociales apportent leur contribution dans ce domaine.

Ageing Society

En 2015, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) publiait la «Stratégie et plan d’action mondiaux sur le vieillissement et la santé». Elle y intègre dans sa définition de la santé, pour la première fois, la notion de stabilisation de la qualité de vie, prenant ainsi en compte des aspects relevant des sciences humaines et sociales. Les thèmes du vieillissement et de la santé ont suscité l’intérêt des présidents et présidentes. Comment notre société perçoit-elle la question de l’âge et pourquoi cette perception a-t-elle évolué ces dernières années? On observe dans les faits une certaine contradiction entre la focalisation de notre société sur la performance et l’efficacité d’une part et, d’autre part, la proportion croissante de seniors. Avec la plateforme «a+ Swiss Platform Ageing Society», l’ASSH tente de trouver des solutions et facilite la collaboration entre le monde de la recherche et le terrain.

S’approprier des thématiques

Pour mettre en évidence leur impact, les sciences humaines et sociales doivent s’approprier les grandes thématiques. Elles peuvent ainsi s’investir dans les domaines du développement durable et de la santé, comme cela est décrit plus haut, ou encore apporter leurs propres thèmes, par exemple via les séries de manifestations organisées par l’ASSH sous le titre « La Suisse existe – La Suisse n’existe pas ». Un thème précis (actuellement « Raum – Espace ») y est traité du point de vue de différentes disciplines. Six thèmes ont été programmés jusqu’à aujourd’hui. Les résultats de ces séries de manifestations ont pour partie été recensés dans des publications.

Une meilleure coordination

Il est toujours essentiel que les sciences humaines et sociales collaborent plus étroitement entre elles. Mais encore faut-il savoir qui travaille sur quoi… L’ASSH peut jouer ici le rôle de plaque tournante et rendre compte des différents projets de ses sociétés membres, à condition bien sûr d’en être informée. Le nouveau site Internet de l’ASSH est l’un des moyens disponibles pour communiquer sur les différents projets et les mettre en valeur. L’utilisation de filtres et un nouveau menu de navigation permettent de s’orienter plus facilement sur le site et d’avoir une vue d’ensemble sur son contenu. De nouveaux formats de communication sont également envisageables, tels que des plateformes interactives pour faciliter la collaboration. Le fait d’entretenir des réseaux, de créer et de renforcer une communauté permet de mettre en commun l’expertise disponible et de réagir rapidement aux thématiques actuelles, garantissant ainsi une meilleure visibilité des sciences humaines et sociales.

Perspectives

Justifier de son impact sociétal devient de plus en plus important. On peut ainsi s’attendre à ce que la présentation de résultats occupe à l’avenir une place croissante dans le travail quotidien des scientifiques. Les sciences humaines et sociales devraient saisir cette opportunité et éviter de laisser le champ libre aux sciences naturelles. Dans les secteurs où l’expertise des sciences humaines et sociales est certes recherchée, mais pas suffisamment délivrée en pratique (par exemple dans le domaine de la politique environnementale), d’autres disciplines se chargeront de combler les lacunes. Mais il n’est pas uniquement question des grands défis que doit affronter la société. Il convient d’agir également sur les thèmes classiques des sciences humaines et sociales, comme la protection des lieux de savoir. Les domaines dans lesquels interviennent les sciences humaines et sociales, les thèmes qu’elles s’approprient en priorité, le mode de communication et les effets qui doivent en résulter sont autant de questions stratégiques auxquelles il convient d’abord de répondre.

[1] Rapports sur la situation des sciences humaines et sociales : 
« Recommandations pour une promotion efficace des sciences humaines et sociales à l'intention des acteurs et des organes du domaine fri », sagw.ch/fr/assh/offre/publications/etudes-et-rapports/details/news/empfehlungen/
Hildbrand, Thomas (2018): Next Generation: pour une promotion efficace de la relève (Swiss Academies Reports 13,2). doi.org/10.5281/zenodo.1442737
Schmidlin, Sabina (2018): Finanzierung von Forschung und Innovation durch den Bund ab 2008 (Swiss Academies Report 13,3). doi.org/10.5281/zenodo.1475753
Iseli, Marlene und Markus Zürcher (2018): Zur Diskussion: Qualität vor Quantität (Swiss Academies Communications 13,5). doi.org/10.5281/zenodo.1409674
Iseli, Marlene (2019): Internationale Kooperation und Vernetzung in den Geisteswissenschaften (Swiss Academies Reports 14,3). doi.org/10.5281/zenodo.2537674
Schweizerische Akademie der Geistes- und Sozialwissenschaften (2018): Innovation – Anregungen / Impulse aus den Geistes- und Sozialwissenschaften (Swiss Academies Communications 13,1). doi.org/10.5281/zenodo.1168410