Aperçu

L'article en détail

Pour une régénération du dialogue alimentaire

Jérémie Forney, Université de Neuchâtel
Consommation durable

Depuis quelques années, le débat autour de l’agriculture et l’alimentation connaît une période de turbulences remarquable. Serions-nous parvenus à un nouveau point de bascule ?

En mars dernier, le Parlement fédéral a définitivement enterré la réforme de la politique agricole fédérale « PA 22+ ». Cet événement, à lui seul, reste mineur par sa portée et ses conséquences et ne remet rien de fondamental en question. Or, depuis quelques années, le débat politique autour de l’agriculture et l’alimentation connaît une période de turbulences remarquable dans notre pays. Entre 2017 et 2021, ce ne sont pas moins de neuf objets liés à ces thématiques qui auront été soumis au peuple. Parmi eux, se trouve une part importante d’initiatives populaires, provenant de milieux et réseaux divers. Il faut remonter aux années 1990 pour retrouver un tel degré d’effervescence politique, lorsque la multiplication des rejets populaires et les pressions tant écologistes que libérales ont fait naître la « nouvelle politique agricole ». Serions-nous parvenus à un nouveau point de bascule ?

Un intérêt populaire renouvelé

Aujourd’hui, l’alimentation concerne et interroge une large partie de la population. Cet intérêt se retrouve tant dans les médias conventionnels que sur les réseaux sociaux. Sur le marché, les courants de consommation locale, éthique et durable amorcés dans les années 1990 se sont confirmés et ont investi une part importante du marché. La question des impacts du système alimentaires a nourri de nombreuses critiques et stimule recherche et innovations dans des directions diverses et parfois opposées. Au sein de la société civile, les initiatives militantes se sont multipliées et couvrent un large horizon de mobilisations, allant du soutien à une alimentation durable de proximité à une action radicale pour la défense des animaux. Aujourd’hui, l’agriculture doit faire face à une multitude de demandes et de critiques souvent contradictoires.

Des débats qui deviennent stériles

Au moment d’écrire ce billet, la campagne fait rage autour des deux initiatives populaires qui s’attaquent à l’usage des pesticides de synthèse dans la production agricole. La question est épineuse, complexe et controversée, aussi dans ses fondements scientifiques. Les solutions proposées par les initiatives sont radicales. La population agricole est lasse d’être au centre des critiques. Les ingrédients sont là pour générer une guerre de tranchée idéologique qui ne laisse que peu de place à la nuance, à la complexité et au débat constructif. Les deux camps s’accusent mutuellement de mauvaise foi, de manipulation et de mensonges, tout en faisant chacun usage de raccourcis logiques et argumentatifs. Les discours prennent des teintes populistes parfois inquiétantes. Cette situation reflète la difficulté à embrasser la complexité de tels sujets dans un débat démocratique sain. Pourtant, et au-delà de l’exemple de ces initiatives, les enjeux sociaux, économiques et environnementaux liés à nos systèmes alimentaires demanderont à l’avenir des efforts conjoints pour atteindre des objectifs communs.

Des pistes pour régénérer une vision alimentaire commune

Dans notre pays et autour du globe, diverses expérimentations sociales ont attiré l’attention de la recherche par leur capacité à inspirer de nouveaux modèles agricoles et alimentaires. Une série d’enseignements émergent qui devraient nourrir les réflexions collectives dans la quête de nouvelles voies pour une politique agricole et alimentaire. En voici une courte sélection qui se concentre sur la dimension sociale de la transformation :

  • Pour une approche politique transversale : L’alimentation relie divers enjeux de société qui ne doivent plus être traités isolément. Une agriculture durable devra passer par des pratiques alimentaires plus saines, une meilleure protection des sols, tout en prenant compte de l’insertion de notre pays dans des rapports économiques globalisés.
  • Favoriser le croisement de perspectives : Que ce soit pour réinventer de nouvelles manières d’être agriculteurs, entre pairs, ou pour générer des comportements de consommation plus responsables, ou encore pour lancer de nouveau produits sains et durables, les rencontres et collaborations entre acteurs aux perspectives diverses sont un levier crucial d’apprentissage et de créativité.
  • Mieux répartir les responsabilités et les risques : Un système aussi complexe et globalisé que l’est celui de l’alimentation demande de construire des mécanismes de responsabilisations distribués, qui ne se focalisent pas uniquement sur le choix du consommateur ou l’action du producteur en bout de chaîne.
  • Soigner la question du sens : Le pouvoir politique ou économique permet de contraindre l’action, aussi dans des buts de durabilité. Toutefois, pour engendrer une adhésion et un changement en profondeur, il est indispensable de permettre aux acteurs de mettre du sens dans l’action demandée.

Ces quelques principes sont loin de fournir des solutions clés en main. Bien plutôt, ils soulignent la dimension systémique des changements à apporter et la nécessité de négocier collectivement les transformations profondes à venir. Saurons-nous construire une vision de politique alimentaire pour la Suisse afin d’inspirer la transition ?

L'auteur

Jérémie Forney est professeur assistant à l’Institut d’ethnologie de l’Université de Neuchâtel. Il concentre son attention de chercheur et d’enseignant sur les rapports complexes et les enjeux politiques, économiques et environnementaux de la production, la transformation, le commerce et la consommation d’aliments.

Crédits photo

Image dans l'en-tête : photo prise par Dominique Fleury, à Lullier (GE), le 6 avril 2021.

Comments and Responses

×

Name is required!

Enter valid name

Valid email is required!

Enter valid email address

Comment is required!

* These fields are required.

Be the First to Comment